125. Mon statut de travailleur handicapé n’est ni respecté ni pris en compte par ma hiérarchie.



– Quel poste occupez-vous ?

professeure agrégée

– Depuis combien de temps enseignez-vous ?

4 ans

– Pour quel salaire ?

2000 euros net par mois

– Pourquoi avoir choisi l’enseignement ?

Envie de transmettre et d’ouvrir les esprits.

– Pourquoi êtes-vous fier d’être enseignant ?

La confiance qui se tisse entre les élèves et moi.

– Quel moment de votre carrière vous a le plus rempli de joie ?

Plein de petits moments au quotidien avec les élèves.

– Qu’est-ce qui est le plus dur dans votre métier ?

La malveillance de la hiérarchie.

– Que pensez-vous de l’image des enseignants dans l’opinion publique ?

Mauvaise et non réaliste.

– Quel rôle ont les politiques dans l’image des enseignants ?

Primordiale.

– Que souhaitez-vous voir changer pour vos élèves ?

Moins d’élèves par classe.

– Que souhaitez-vous voir changer pour vous ?

La prise en compte et le respect de mon statut de travailleur handicapé par la hiérarchie.

– Combien de temps travaillez-vous par semaine ?

Entre 35 et 40h

– Travaillez-vous durant les vacances et combien d’heures par semaine ?

Oui toujours. Autour de 10h par semaine

– Racontez une anecdote douloureuse de votre vie d’enseignant avec vos élèves?

Enseignante en situation de handicap. Première année après le stage : 25 ans. Envoyée entre deux collèges à 50km l’un de l’autre. Niveaux 6e, 5e, 4e, 3e… et 3e SEGPA, en REP rural.
Plusieurs collègues de ma matière, mais on me laisse les deux uniques classes de 3e SEGPA pour l’année. Aucune formation. Mes élèves de 3e SEGPA crachent, ne parlent que très peu, font des bruits d’animaux.
Un jour un ancien élève (renvoyé l’année précédente) s’introduit dans ma classe. Je m’interpose. Il tente de me frapper. Je demande à un élève d’aller chercher de l’aide. Il revient et me dit que personne ne peut venir car tout le monde est occupé.
Un autre jour un élève menace de me brûler.
Un autre jour encore, pas en SEGPA cette fois, une élève fait une crise de nerfs en classe et tente de se jeter du haut des escaliers. Je la plaque au sol pour la calmer. Elle me bave dessus. Je suis seule.

– Racontez une anecdote douloureuse de votre vie d’enseignant avec la hiérarchie ?

En situation de handicap, j’arrive dans mon nouvel établissement. La principale du collège me met la main devant la bouche lorsque j’évoque mon handicap. Je lui demande deux rdv pour lui expliquer ma situation et mes besoins en terme d’aménagements. Les deux sont refusés. Un matin, la principale m’interpelle à l’entrée du collège et me dit : « Madame, vous n’êtes pas la seule à avoir des problèmes. Vous devriez être plus positive et prendre exemple sur vos collègues. Et vous devez prendre conscience que votre handicap n’est pas facile à gérer pour l’établissement. »
Je lui dis alors que je me sens très mal… elle me dit : « Allez madame, du nerf ! Allez rejoindre vos élèves ». La sonnerie retentit. Je me dirige vers ma classe en avalant mes larmes. Je tiens toute la matinée. Hors de question que je tombe devant mes élèves… Dans la nuit qui suit, je suis admise aux urgences.

– Pourquoi continuez-vous à exercer ? Ou pas.

Le contact avec les élèves. Me sentir utile.

Vous aussi, témoignez !


https://docs.google.com/forms/d/16Qx0ZOJmhhkpZ5W04Xsj4vxj5UvhK80bH2Wh3kCttWE/edit

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s